ACCUEIL DÉPARTEMENT ENSEIGNEMENTS RECHERCHE ENSEIGNANTS ÉLÈVES RESSOURCES

Archéologie

 
du IIIe au Ier siècle avant J.-C. 
Christian Peyre.
Études d’histoire et d’archéologie 1.
1979.
Une étude d’histoire et d’archéologie consacrée aux peuplades gauloises d’Italie du Nord entre les débuts de la conquête romaine (bataille de Sentinum, en 295) et l’octroi de la citoyenneté romaine complète à tous les Cisalpins (49 avant J.C.)
 
 
Recherches sur les miroirs prénestins
Richard Adam.
Études d’histoire et d’archéologie 2.
1980.
Trente-deux miroirs prénestins (dessins et photographies noir et blanc à l’appui) sont étudiés dans ce volume. Pour chacun sont donnés de nombreux renseignements : la provenance, les collections auxquelles le miroir a appartenu, la description de l’objet (forme, état de conservation, dimensions), la description des parties gravées, etc.

 
 
Les Celtes en Pannonie
Contribution à l’histoire de la civilisation celtique dans la cuvette des Karpates.
Miklós Szabó.
Études d’histoire et d’archéologie 3.
1988.
Au cours des quatre derniers siècles du Ier millénaire avant notre ère, on assiste, dans la cuvette des Karpates, à l’arrivée, à la domination et au déclin des tribus celtiques. Le second âge du Fer constitue à maints égards une période de transition. D’abord parce que la région entre progressivement dans le domaine de l’histoire, ensuite parce que l’évolution de la structure sociale des Celtes conquérants et des populations soumises s’arrête à mi-chemin entre la décomposition de l’organisation tribale et la constitution d’un état. Enfin, pour la future province de Pannonie, l’époque celtique peut être considérée comme une sorte de transition qui, au gré de caractères ethniques et de traditions culturelles favorables, prépare le terrain à la romanisation.

 
 
Les Installations agricoles de l’âge du Fer en Île-de-France
Olivier Buchsenschutz et Patrice Méniel.
Études d’histoire et d’archéologie 4.
1994.
Le monde celtique était avant tout rural et la notion de ville avait du mal à s’imposer. La production, les forces vives, le pouvoir politique restaient entre les mains de l’aristocratie des campagnes. À l’âge du Fer, la campagne constituait la totalité de l’espace occupé par l’homme. Aujourd’hui la ville prend l’avantage et contraint les archéologues à travailler au rythme où les métropoles développent leurs grands travaux. Les chantiers de fouilles se multiplient dans les zones sensibles, les découvertes aussi. Le moindre indice y devient, pour l’œil averti du spécialiste, révélateur du mode de vie et de l’économie des sociétés qui occupaient de tels sites dans l’Antiquité. Reconstituer l’histoire et l’organistation de ces sociétés rurales est l’enjeu des recherches réunies dans cet ouvrage. À l’époque où la nostalgie du retour à la terre va de pair avec le saccage de tant d’espaces proches des villes ou éloignés d’elles, nous nous attachons à retrouver, dans le sol, les traces et la mémoire de la civilisation de l’Europe celtique.

 
 
Fibules préromaines, romaines et mérovingiennes du musée du Louvre
Isabelle Fauduet.
Études d’histoire et d’archéologie 5.
1999.
Une importante série de fibules romaines fait partie des collections du département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre, où sont conservées également quelques fibules préromaines et mérovingiennes. Cet ouvrage regroupe 185 pièces issues principalement de la Gaule, de l’Italie du Nord et de la région de Kertch (mer Noire). L’étude typologique qui suit l’inventaire traite de leur répartition géographique et de leur chronologie.

 
 
Les Installations agricoles de l’âge du Fer en France septentrionale
Gertrude Blancquaert et Stéphane Marion.
Études d’histoire et d’archéologie 6.
2000.
La société de l’âge du Fer, dominée par une aristocratie guerrière, se caractérise principalement par une forte occupation des campagnes. À l’inverse du monde méditerranéen, la ville ne semble pas y jouer un rôle de premier plan. C’est avant tout sur l’agriculture et l’exploitation du terroir que repose son économie. Ces dernières années, la découverte sans précédent d’un nombre important de sites ruraux a relancé l’intérêt des archéologues pour l’étude de ce secteur clé de l’économie et de la société protohistoriques. Le présent ouvrage regroupe les contributions les plus récentes de nombreux chercheurs qui confrontent leurs hypothèses et leurs résultats. Il s’en dégage une vision renouvelée d’une société trop souvent appréhendée à travers des clichés périmés.

 
 
1977.
Publié par l’Équipe de Recherche 207 du CNRS, ce cahier expose les résultats des fouilles conduites dans le complexe fortifié de Jublains, en Mayenne (R. Rebuffat), sur le site du camp romain d’Arlaines (M. Reddé), près de Soissons, nouvellement redécouvert, et identifie le « pseudo-camp » des auxiliaires de Lambèse avec un terrain d’exercices militaires (Y. Le Bohec).
 
 
Armée romaine et provinces, II
Jean Bousquet (dir.).
1979.
Depuis la thèse monumentale que René Cagnat consacra à l’armée romaine d’Afrique, et dont la deuxième édition remonte à 1913, bien des découvertes ont été faites, de nombreuses fouilles effectuées et d’importants travaux réalisés.
Dans cet ouvrage, plus de 350 titres ont été rassemblés, classés et, au besoin, analysés. Ce livre, destiné aussi bien à ceux qu’intéresse l’armée romaine qu’à ceux qui travaillent sur l’Afrique, se termine par des indices (auteurs, noms de lieux anciens et modernes) et par 7 cartes.

 
 
Armée romaine et provinces, III
Études sur le complexe fortifié de Jublains.
Ouvrage collectif.
1984.
Ce troisième volume des Cahiers du Groupe de recherches sur l’armée romaine et les provinces comprend neuf articles consacrés à des fouilles d’ouvrages fortifiés de la Gaule romaine, ainsi qu’à des questions d’intérêt général sur l’histoire militaire romaine.

 
 
Armée romaine et provinces, IV
Prospection des vallées du nord de la Libye (1979-1980).
Michel Reddé.
1988.
Ceci est le rapport du travail de prospection réalisé en 1979-1980 par l’équipe française du CNRS dans le bassin du Wadi Bayy al Kabir et sur la côte syrtique. Il s’intègre à l’intérieur d’un programme d’études extensif mené sur les importants vestiges, essentiellement agricoles, qui parsèment le prédésert libyen et qui a été confié à l’Unesco.

 
 
Guerre et sociétés en Italie
(Ve-IVe siècles av. J.-C.).
Anne-Marie Adam et Agnès Rouveret.
1988.
Ce recueil regroupe les premiers résultats d’une enquête collective consacrée à l’étude des sociétés de l’Italie pré-romaine à la lumière de leurs pratiques guerrières entre le Ve et le premier tiers du IIIe siècle av. J. C. Plusieurs pôles de recherche se sont offerts à l’analyse : étude archéologique de quelques séries d’armes ; collation et examen des sources écrites répondant à la double exigence de définir un lexique grec et latin des termes d’armement et de dégager certains thèmes idéologiques élaborés par les Romains à propos de leurs conflits avec les différents peuples de l’Italie ; étude iconographique de monuments figurant des guerriers ou des scènes de combat ; confrontation entre séries iconographiques et sources littéraires. Se dégagent ainsi les premiers éléments d’une réflexion sociologique et anthropologique d’ensemble.

 
 
Chrétiens et haruspices
La religion étrusque, dernier rempart du paganisme romain.
Dominique Briquel.
1998.
Les Étrusques et le christianisme : les deux mondes sembleraient de prime abord n’avoir rien de commun. Pourtant, la doctrine étrusque offrait des vues sur l’au-delà, affirmait se fonder sur la révélation de prophètes et était consignée dans des livres sacrés, traits qui ont repris de l’importance face à la montée du christianisme. Cet ouvrage étudie la rencontre entre ces deux univers religieux et montre que la vieille religion étrusque a offert aux Romains païens une alternative par rapport au christianisme, ce qui explique son paradoxal regain de vitalité dans les derniers siècles de l’Empire romain.

 
 
  |   Contacts & Plans  |   Mentions légales  |   Plan du site  |   Suivre la vie du site RSS